Trois Gourmands.fr

 

    Accueil      Les Trois Gourmands      Les Gourmands "Qualité/prix"      Les Pas Gourmands                            

 

 

 

Taokan

 

Au commencement il y avait le jardin du Luxembourg ensoleillé en cette douce soirée de juin (sans conteste un des plus beaux endroits de Panam), et ses buvettes délicieusement surannées (le seul fait d’aller dans un lieu qui se nomme « buvette » justifie d’ailleurs en soi le déplacement), et puis patatras, toute surannées qu’elles étaient les buvettes du luchos étaient fermées….. Nous nous décidons alors de tenter notre chance vers le très chic Café de l'Odéon, repère des bobos mâtinés 6ème arrondissement (c’est-à-dire clairement plus « Bo » bourgeois que « Bo » bohèmes, malgré leurs vains efforts pour paraitre le contraire), et là repatatras aucune place pour siroter notre Heineken à 7 euros….. Bigre, il en faut plus pour décourager les gourmands, direction donc une valeur sûre « The Coolin Irish Bar » au marché Saint Germain (où nous avons récemment vu le Toulon de Berni le dingue mettre une petite fessée aux arrogants Saracens) où, sirotant une petite pinte de Magners, nous avons pris du bon temps en parlant de trucs que les bobos évoqués précédemment n’auraient à coup sûr pas trouvé de « bon ton » (notamment des anecdotes sur des bimbos avec des mitraillettes, mais-là je sors de ma critique diront les 2 autres « G »….).

 Puis nous nous sommes rendus, vous vous en doutez, au restaurant TAOKAN, rue du Sabot. « TAOKAN, le lieu de la gastronomie contemporaine chinoise », tel est le pitch de départ lu sur le site du restaurant, un des trucs, même si nous ne sommes pas complètement naïfs, qui nous a fait nous déplacer pour voir la chose de nos propres yeux, au plutôt de nos propres papilles….

 Le lieu est clairement chic parisien, pas de fausse note, très épuré, très stylé, rien à dire… peut être un petit manque d’originalité et de caractère, mais bon n’en demandons pas trop. La carte est quant à elle prometteuse, avec notamment ses nombreux Dim Sum ou son Lo Lac Beef, mais elle est loin d’être donnée, même pour Paris 6ème. Vu le florilège de compliments entendus ça et là, et la promesse de gastronomie qui nous avait été faite, nous gardons pourtant notre flegme.

 Nous connaissons cependant une première alerte lorsque sollicitant l’expertise du serveur sur le choix des desserts il nous vante avec brio et passion ce qui, selon lui, est le meilleur choix (roulement de tambour)….. Une « boule de coco ». Là normalement si vous aviez le son vous entendriez un truc du genre « Pouin pouin pouin », car il faut être honnête avec ce dessert - que l’on a tous mangé avec plus ou moins de plaisir dans n’importe quel traiteur chinois du coin - on est loin de la « gastronomie contemporaine chinoise » à moins qu’elle soit puissamment déstructurée la boule de coco (genre à l’azote liquide et tout et tout), ce qui ne s’est pas avéré être le cas.

 

 C’est ce qui nous a déçu chez TAOKAN et l’ensemble du diner l’a confirmé. Si nous avons mangé de la bonne cuisine chinoise, parfaitement exécutée, on a pas trouvé la touche de gastronomie ou de bistronomie tant espérée. Ainsi, en entrée, les Dim Sum (vapeurs) et le Xia He
(petites crêpes croustillantes aux crevettes) étaient de bonne facture, mais rien d’ébouriffant, de décoiffant, de déstructurant (bon là désolé mais je n’ai plus de synonyme de coiffure). Idem pour les plats, de très bons Lo Lac Beef (filet de bœuf épicé) ou Taokan Ya (magret de canard aux cinq parfums), mais que du grand classique.

Pas de mélanges audacieux, pas de saveur étrange, pas de composition qui « match » comme dirait l’autre. Enfin, hormis la boule de coco précitée, pour ne pas engager notre responsabilité civile, notre pool d’avocats internationaux (des cadors les mecs !), nous a conseillé de ne pas parler des desserts, ce qui est en soi néanmoins assez clair….

 Bon en somme, pour le prix assez élevé (plus de 60 € par personne) TAOKAN nous a déçu, on a certes passé un très bon moment, mais on ne s’est pas mangé une mandale façon Bruce Lee ou un uppercut façon Son Goku et on ne s’est pas extasié devant une muraille de Chine gastronomique, comme on l’espérait tant. C’est un bon restaurant chinois oui, même un très bon (là on est juridiquement couvert c’est cool), mais qui manque d’un poil de gastronomie à notre humble avis.

 Voilà, c´est fini, on va pas s´dire au revoir comme sur le quai d´une gare, mais on s’dit simplement ciao à la prochaine sortie, avec cette fois ci on l’espère des gourmands à la clé !  

 

Prix par personne

 45e

Entrée

 6/10

Carte des vins

 4,6/10

Plat

 7/10

Décoration

 6,6/10

Dessert

 2,3/10

Service

 6,5/10

Rapport qualité/prix

 6/10

Présentation des mets

 6,1/10

Note Globale

 7/10

 

Adresse: 8 rue du sabot, Paris 6éme

Note des 3 Gourmands: Sans Gourmand

Tél: 01 42 84 18 36

Site web: www.taokan.fr/