Trois Gourmands.fr

 

    Accueil      Les Trois Gourmands      Les Gourmands "Qualité/prix"      Les Pas Gourmands                            

 

 

 

Les restaurants 1 Gourmand 

 

 

 

Les petites sorcières

 

Notre virée dans le village Daguerre commence (et fini) dans un des meilleurs bars dont nous avons jamais foulé le sol, le Lock Groove, bar branché, rock n’ roll, étudiants et anciens voire très anciens étudiants, superbe collection de vinyles et alcools de bon calibre à des prix défiant toute concurrence, bribes de magazines Playboy vintage collées ici et là, incontournable, on aime.

Après, direction les Petites Sorcières, le QG de la celebrity chef Ghislaine Arabian.  Nous sommes accueillis par le sourire pétillant de la maîtresse des lieux et une salle spacieuse aux tables agréablement espacées les unes des autres.

Le parti pris est clairement celui de la cuisine néo-bistrot d’influence nordique et nordiste, en passant par l’Ecosse.

Lire la suite..

 


La Régalade Conservatoire

 

On se régale rue Saint Honoré, on se régale à Monsouris, on se régale .. Conservatoire! Ce pourrait être une publicité pour la déclinaison des restaurants "Régalade" aux quatre coins de Paris. Ces quelques ouvertures ne sont pas à rapprocher d'un concept "chaîne", plus enclin à se soucier de rentabilité que de gastronomie. Fort heureusement, Bruno Doucet, nous préserve bien de cela et décline ses succès sans rien renier de ses exigences bistronomiques: qualité, produit.

Alors, Régalade!? Et bien oui, plutôt.

 

Lire la suite..

 


A-Noste

 

Près de la bourse, le restaurant A-Noste propose un concept et un lieu un peu déconcertant de prime abord: sur 2 étages, 2 ambiances différentes ont été créées autour de la gastronomie du sud-Ouest. Dans la salle du rez-de-chaussée, des tapas s'échangent et se partagent en toute convivialité, c'est à dire de façon bruyante et peu indiquée pour un dîner en amoureux sauf à vouloir changer de partenaire en cours de soirée. Au premier étage, le restaurant gastronomique s'installe paisiblement autour d'une cuisine ouverte, et ambitionne d'associer dans un menu "carte blanche" cuisine d'auteur et cuisine de terroir.

Un lieu donc et une promesse gourmande qui ont attiré l'attention des 3 gourmands.

Après l'énoncé du menu augurant de belles agapes, se pose la question délicate du choix du vin. Pour un menu alliant, amuses bouches, poissant et viandes, que choisir? Vin blanc, vin rouge, nous prendrons les 2 couleurs et requerrons les conseils de notre serveur qui bien attentionné nous vante des vins à plus de 70 euros, les autres à moins se faisant rare comme les silences dans la fosse à tapas du bas.. Alors, bon gré mal gré, on comprend qu'à 40 euros notre vin n'aura rien d'extraordinaire, ce qui s'avéra fort exact et qu'au-delà de la démonstration de rigueur et d'honnêteté de notre serveur, la carte des vins relève d'une certaine incohérence ou comme dirait un type de la salle du bas: du foutage de gueule!!

Lire la suite..

 


KGB

C’est sans transition, c’est-à-dire sans le traditionnel apéro d’après boulot, que nous attaquons un repas gastronomique au KGB faute à un système de réservation en 2 services. Dès 19h30 se firent servir des amuses bouches, non des entrées .. enfin  des zors d’heures selon un néologisme de la maison. Il y a plus pratique certes, mais on a connu pire contrainte.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que je m’amenais les 3 gourmands dans cette charmante rue du 6eme, tant le souvenir que je gardais du restaurant et de sa cuisine était associé à des saveurs exotiques, des plats graphiques et une justesse d’exécution assez bluffante.

William Ledeuil avait imprimé sa marque et son style à Paris sans qu’on trouve grand-chose à y redire. Sa cuisine empruntait les chemins de l’Asie avec dans ses bagages des techniques d’un triple étoilé au Michelin.

Mais c’est déçu, que nous finirons ce repas. Rien de mauvais . .

Lire la suite..

 


Augustin :

Augustin, c’est le nouveau bébé du duo de choc de la Villa Corse (Paris 15 et 16), le chef Vincent Deyres, ancien chef étoilé de l’Emile’s à Calvi et du restaurateur Augustin Grisoni. Augustin a ouvert ses portes rue Daguerre le 15 décembre dernier et c’est un succès. Augustin remplace le Bistrot des Pingouins et a fait l’objet d’importantes rénovations. Le résultat… moderne, épuré, et à la fois cossu et chaleureux.

 Nous sommes assis face à la vitrine où la cuisine se ficelle sous nos yeux, la sommelière et les serveuses sont très attentives, le service est résolument supérieur à la norme dans une pension qui s’étiquette “Bistrot”.

Lire la suite..

 


Mini-palais

 

Paris s'est vidé, des touristes se pressent sur l'avenue des Champs-Élysées, des femmes voilées y ont les bras encombrés d'articles luxueux vite achetés vite oubliés … on fuit … l'agréable soirée d'été qui se présente est chargée de moiteur, il vient de pleuvoir, on a des envies de fraîcheur, d'espace intime et voluptueux … alors on marche, le pas léger, le but incertain. Déjà, la nuit scintille des signes de notre lâcher prise ... ce soir, je prendrais un whisky glace, les filles seront belles à croquer..

Avant? Avant, les 3G ont testé un bien bel endroit … chic et branché! Ces deux adjectifs accompagnent généralement assez mal la cuisine des lieux, et pourtant, le mini-palais nous fera la démonstration que l'on peut proposer des plats de qualité dans un cadre extraordinaire.

Lire la suite..

 


 Chaméléon

 

 

Encore quelques regards intriqués.. Petite piqûre de rappel. Les trois gourmands ne sont pas de sinistres personnages, comme le critique ampoulé de Ratatouille, ou encore des espions de la gastronomie travaillant en immersion tels Louis de Funès dans l'Aile ou la Cuisse, déguisé en vieille dame et réclamant son "eau minérale".

Non, les trois gourmands ne donnent pas dans la discrétion, il y a du bruit, des exclamations, de la lumière. Le crépitement du flash des photos dans l'assiette laisse notre serveur incrédule, maugréant certainement contre les blogueurs indélicats que nous sommes. C'est vrai .. et ce n'est pas près de s'arranger tant la bonne humeur, la franche camaraderie constituent de solides remparts à la morosité ambiante. Fin de cette parenthèse, ouvrons maintenant la bouteille de ce repas.

Lire la suite..

 


Circonstances

 

Entamant avec entrain leur cinquième année, les Trois Gourmands se retrouvent chez Dédé La Frite, Rue Montmartre, lieu choisi uniquement pour son nom, cela va de soi.  Ne pouvant trouver une place dans ce bastringue à tubercules huileux, nous acceptons de commencer la soirée avec moins de panache pour se contenter d’une pinte dans un bar breton.

 Le restaurant Circonstances, ouvert récemment, a fait couler beaucoup de bonne encre alors on a voulu se le coltiner à notre tour.

Lire la suite..

     


Le Cornichon :

 

Après un passage rafraîchissant dans le bar plateforme du Café Oz à Denfert Rochereau, ambiance spring break australien, nous nous engouffrons dans la rue Daguerre pour quelques enjambées avant de rejoindre notre objectif, Le Cornichon, rue Gassendi.

Cette cucurbitacée-là n’est ni aigre ni verte mais plutôt riche, généreuse et gourmande. La salle du Cornichon est assez spacieuse et relativement confortable pour un bistrot parisien et la thématique est respectée, le cornichon dans tous ses états, cornichons formant une tête de mort, cornichon héros de BD façon Bob l’Eponge vert et vinaigré…

Lire la suite..

 


L'ébauchoir  :

Après un apéro très sympa au Siffleur de Ballons, honnête bar à vins qui n’a pas pour seule qualité d’être affublé d’un nom prometteur (loin de là) nous nous posons dans la salle spacieuse et résolument bistrotière de l’Ebauchoir.

 Non loin du marché d’Aligre – ce qui explique la franche qualité de nombreux produits – ce bistrot mêle tradition et un brin d’originalité pour un mélange plutôt réussi mais pas renversant. C’est gourmand mais peut-être pas à la hauteur de certaines critiques qui se sont peut-être laissées emballer voire engourmander.

 Le cadre est confortable, le service est fort en voix, familier et souriant, la carte des vins un peu trop tombée dans la mode « bio » mais sérieuse quand même avec un Cheverny bien agréable et légèrement poivré.

                            

Les entrées sont bonnes, soupe d’étrilles savoureuse mais perfectible, œuf mollet avec purée de panais et de cumin, foie gras à la mangue. Tout ça tient bien la route, l’œuf est particulièrement satisfaisant. Les assiettes semblent un peu froides.

                 

 Les plats sont le point fort de l’Ebauchoir, le pigeonneau aux mandarines et le porc ibérique aux piments d’Espelette et jus rehaussé de fruit de la passion sont deux beaux plats (voir photos), copieux, belles cuissons, participation discrète des fruits ce qui est plutôt une bonne chose, et vraiment gourmands à souhait.

                   

Les desserts sont finalement assez décevants, à part le Paris-Brest, un vrai, pas comme le mille-feuille, un faux.

Prix par personne

 38e

Entrée

 6,5/10

Carte des vins

 6,8/10

Plat

 7,6/10

Décoration

 6,5/10

Dessert

 6,6/10

Service

 5,7/10

Rapport qualité/prix

 7,5/10

Présentation des mets

 5,8/10

Note Globale

 7,1/10

 

Adresse: 43 Rue de Cîteaux,  75012 Paris

Note des 3 Gourmands: un Gourmand

Tél: 01 43 42 49 31

Site web: www.lebauchoir.com

 


le Court Bouillon  :

 

Passer le seuil du court-Bouillon c’est un peu faire un passage éclair dans un bel établissement provincial le temps d’un dîner. Dès l’accueil jovial de Karine Achard, la maîtresse de Maison, son mari Éric aux fourneaux, on a l’indicible sensation que la soirée sera bonne, et elle l’est immanquablement, on s’attend presque d’ailleurs à croiser les fantômes de Michel Serrault ou de jean Carmet venir nous conseiller des petits plats mijotés et mitonnés.

 Bien sûr si vous êtes à la recherche du dernier resto tendance parisien vous serez déçu, ici pas d’émulsion à l’azote liquide ou de cuisine moléculaire, mais que du grand classique préparé avec maîtrise et surtout avec l’envie évidente de faire plaisir. Et c’est réussi !

          

 Du côté des entrées, le Millefeuille d’escargots, girolles & truffes nous a bluffés et les Bouchées de langoustines, jus court à l’orange ont fait leur petit effet. Petit bémol il est vrai, l’œuf mollet, champignons des bois & tuile de parmesan, n’avait malheureusement de mollet que le nom….Les plats nous ont franchement également  fait très plaisir, Carré & filet d’Agneau rôtis et Pigeonneau de Pornic en deux cuissons ravissant nos appétits voraces. Petite déception encore, il est vrai, concernant le Pavé de Sandre sauce vin rouge, purée à l’Andouille qui, malgré son originalité évidente, baignait un peu trop dans sa sauce….

 Du côté des desserts, si les Tarte aux fruits, Crêpes soufflées au Citron et Brioche façon « Pain perdu » nous on fait remonté en enfance, la présentation quelque peu brouillon des assiettes et le manque de finesse nous a un peu déçu.

 Mais franchement ne nous y trompons pas pour le prix tout à fait mesuré, nous avons passé une excellente soirée dans ce petit coin du 15ème transformé le temps d’un dîner en petit coin de terroir. Je peux donc vous le dire fine sans retenu : Fines gueules, gastrolâtres, piffres, ou ripailleurs cette adresse est clairement pour vous !

Prix par personne

 48e

Entrée

 7,3/10

Carte des vins

 6,8/10

Plat

 7/10

Décoration

 7,3/10

Dessert

 6/10

Service

 7,5/10

Rapport qualité/prix

 7,8/10

Présentation des mets

 7,5/10

Note Globale

 7,8/10

Adresse: 51 rue du théâtre, Paris 15

Note des 3 Gourmands: 1 gourmand

Tel: 01 45 77 08 18

Site web: www.lecourtbouillon.com


Philippe Excoffier   :

Après un excellent cocktail (au prix irréprochable) au bar Les Fistons, rue du Champ de Mars, nous y voilà encore, les Trois Gourmands déambulent vers la rue de l'Exposition pour essayer la nouvelle table de l'ancien chef de l'Ambassade des États-Unis à Paris, Philippe Excoffier.

 Premier abord, positif, la salle est chaleureuse, longue et assez étroite mais offrant toutefois un bon niveau de confort. De nombreux, trop nombreux bistros, négligent ce point essentiel qui conduit à s'attarder ou au contraire à abréger un repas. Le menu est assez traditionnel, un soupçon pompeux dans les énoncés mais alléchant. Carte bien balancée entre poisson et viande, la carte des vins est abordable et assez bien fournie. Accueil très sympa et souriant.

Nous regardons avec un vif intérêt, les assiettes qui affluent à la table adjacente et remarquons que la présentation est minutieuse et gourmande à la fois.

 

 La soupe Billi Bi de moules au safran est très bien exécutée et épicée avec justesse. Le carpaccio de Saint Jacques au citron vert est simple mais top et le pressé de joue de bœuf est bien tourné.

             

 Les plats arrivent, le lapin en cocotte (comme chez son voisin Christian Constant) est bon et bien exécuté mais manque de personnalité et est un peu trop "vu et revu". La caille farcie et rôtie avec son jus réduit aux raisins et embeurrée de choux est très belle d'aspect, peau bien dorée et croustillante, cuisson parfaite, très bon jus, vraiment une réussite. Le vol au vent de ris de veau est très satisfaisant, belle consistance, richesse du ris parfaitement maîtrisée et excellent feuilleté. Un des meilleurs ris de veau dégustés par les Trois Gourmands.

      

Assez belle prestation sur les desserts aussi avec notamment un beau soufflé au Grand Marnier, un brin trop fade mais bien exécuté. Le mille feuille est décevant.

 A 48 euros par personne vin compris (menu à 37 euros) cette table offre un excellent rapport qualité prix et y aller est - comme se diraient les nombreux américains fréquentant l'établissement - un "no brainer".

Prix par personne

 37e

Entrée

 7,5/10

Carte des vins

 7/10

Plat

 7,3/10

Décoration

 7/10

Dessert

 6,6/10

Service

 6,5/10

Rapport qualité/prix

 8,6/10

Présentation des mets

 7,5/10

Note Globale

 8,2/10

Adresse: 18 rue de l’Exposition, Paris 07

Note des 3 Gourmands: 1 gourmand

Tel: 01 45 51 78 08

Site web: www.philippe-excoffier.fr

    


Au bon accueil  :

         

Une adresse comme on aimerait en rencontrer plus souvent, aucune fausse note, aussi bien concernant le service, le confort, et bien sûr la cuisine, impeccable…. Dès notre arrivée un sentiment de bien-être nous empare, de la salle, au milieu de laquelle trône une magnifique toile d’Albert Fourrié, émane une douce bonhommie, bien loin des adresses bling bling sans âme trop souvent croisées et aussi vite oubliées. Sentiment de bien-être réconforté à la vue de la carte, et de son formidable menu à 32 €, où chaque ligne vous fait envie.

Après avoir surmonté le doux dilemme de la commande, devant tant de propositions appétissantes, l’arrivée des assiettes nous rassérène dans notre choix. En entrée, les filets de maquereaux mi cuits sur leur lit de petits pois et de fèves sont une révélation, tandis que magrets fumés par la maison et consommé froid de potiron rivalisent de brio. Que dire de la blanquette de veau aux épinards de mer où, au classicisme de ce plat légendaire, se rajoute la petite touche de modernité espérée, ou encore de la bavette aux jeunes légumes au beurre, si ce n'est un bravo de très bon aloi au Chef. Enfin, le dessert et sa petite tartelette aux fraises, Mama Mia !

                    

Au Bon Accueil tout est maîtrisé, nous avons affaire à de grands professionnels et nous, Trois Gourmands, en avons pleinement conscience. Pas d’azote liquide, pas de cuisine moléculaire, mais une cuisine qui fait honneur à la tradition culinaire française. Pour ne rien gâcher, l’addition est plus que douce et le service impeccable. En voilà une adresse GOURMANDE !!!   

Prix par personne

 32e

Entrée

 6.8/10

Carte des vins

 7.5/10

Plat

 7/10

Décoration

 7.5/10

Dessert

 7.3/10

Service

 7.5/10

Rapport qualité/prix

 8/10

Présentation des mets

 6.8/10

Note Globale

 7/10

Adresse: 14 rue de Monttessuy, Paris 7

Tel: 01 47 05 46 11

Site Web: www.aubonaccueilparis.com

 


L'Epicuriste  :

Fromage de tête de cochon, palette de cochon de Bigorre confite, joue de veau braisée, canette de Barbarie aux figues et tian de légumes (en photo)... C'est clair, à l'Epicuriste on cultive un goût prononcé pour la bonne boucherie charcuterie, beaux produits, agrémentés très habilement et belles portions aussi! Malgré la présence d'un plat de poisson - noisettes de joue de lotte - ne nous y trompons pas, ce restaurant fera surtout le plaisir des bons appétits carnassiers, mais pas à moitié. Les vins sont riches à l'instar des mets, belle sélection de vins du sud-ouest avec de belles surprises et l'honneur fait à de petites maisons. C'est très satisfaisant, et la salle est belle et spacieuse en plus ce qui permet de bien se laisser aller aux rondeurs de cette cuisine solide et gourmande.

Adresse: 41 Boulevard Pasteur, Paris 15ème

Tel: 01 47 34 15 50

 


Beurre noissette :

 

Bonne table avec très belle réalisation pour le plat de colvert en photo, et d'une façon générale pour les plats et entrées. Toutefois les trois desserts différents dégustés par les Trois Gourmands étaient un niveau en dessous et manquaient d'originalité et de finesse. Nous avions dîner dans la seconde salle et étions à l'étroit dans une atmosphère assez mal ventilée. Accueil très agréable et bon choix de vins et bon rapport qualité prix.

Adresse:  68 rue Vasco de Gama, Paris 15

Téléphone: 01 48 56 82 49